Santé, paramédical & hygiène

Taux de survie au cancer de l’œsophage

statistique médical

Le taux de survie à 5 ans au cancer de l’œsophage montre bien à quel point la maladie est grave, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a absolument aucune chance qu’une personne survive à cette affection pendant plus de 5 ans.

Le cancer de l’œsophage n’est pas aussi fréquent que dans les pays d’Afrique et d’Asie, mais le nombre de décès qui lui sont attribués franchit chaque année la barre du millier. Selon Cancer Society, on estime à 17 990 le nombre de nouveaux cas de cancer de l’œsophage détectés en 2013. Au cours de la dernière décennie, cependant, les options de traitement du cancer de l’œsophage se sont considérablement améliorées, ce qui a permis de réduire le nombre de victimes.

Une vue d’ensemble

Comme son nom l’indique, le cancer de l’œsophage est une affection caractérisée par le développement de cellules cancéreuses dans l’œsophage. Les causes de ce type de cancer sont nombreuses ; le tabagisme, l’abus de tabac et la consommation excessive d’alcool étant les plus importantes d’entre elles. Ses symptômes comprennent une perte de poids, une toux, des brûlures d’estomac, une indigestion, etc. La maladie peut être diagnostiquée par divers tests, dont une biopsie, une endoscopie et une radiographie de la poitrine. Une fois la maladie diagnostiquée, la personne peut être soumise à une chimiothérapie ou à une radiothérapie. Parfois, la personne peut même avoir à subir une intervention chirurgicale pour le traitement du cancer de l’œsophage.

cancer de l’œsophage

Taux de survie

Le taux de survie de toute affection est indiqué en termes de taux de survie à 5 ans, c’est-à-dire le pourcentage de personnes ayant survécu pendant 5 ans après le diagnostic de ladite affection. Plusieurs facteurs entrent en jeu lorsqu’il s’agit du taux de survie ; le stade auquel l’affection a été diagnostiquée étant l’un des facteurs les plus importants. Cela dit, il faut comprendre qu’il ne s’agit que d’estimations basées sur des études d’échantillons et qu’elles ne s’appliquent donc pas nécessairement à chaque cas individuel. Il n’y a pas de pénurie de cas où des personnes ont survécu plus longtemps que la période de 5 ans stipulée.

En cas de cancer de l’œsophage, le taux de survie ne cesse de diminuer à mesure que les cellules cancéreuses commencent à se propager vers l’extérieur. En utilisant le système TNM, le cancer de l’œsophage est classé de 0 à IV ; plus le chiffre est élevé, plus la situation est grave. Lorsque le patient passe d’un stade à l’autre, ses chances de survie continuent de diminuer. En fait, le taux de survie au stade IV, dans lequel le cancer se propage à d’autres organes du corps, n’est que de 5 %.

Cancer de l’œsophage : taux de survie à 5 ans par stade.

Stade : 0
Caractéristiques : Les cellules cancéreuses sont confinées à la couche la plus interne ou épithélium.
Taux de survie : 70%.

Stade : I
Caractéristiques : L’invasion des cellules cancéreuses va au-delà de l’épithélium jusqu’à la sous-muqueuse.
Taux de survie : 60%.

Stade : II A
Caractéristiques : Les cellules se propagent davantage, envahissant la couche musculaire de l’œsophage et très probablement même l’adventice.
Taux de survie : 40%.

Stade : II B
Caractéristiques : Les cellules se sont propagées au-delà de l’épithélium, mais n’ont pas encore envahi l’adventice.
Taux de survie : 20%.

Stade : III
Caractéristiques : Les cellules ont envahi l’adventice et se sont propagées plus loin vers les ganglions lymphatiques voisins, voire vers les organes proches.
Taux de survie : 15%.

Stade : IV A
Caractéristiques : Les cellules se sont propagées à des ganglions lymphatiques distants.
Taux de survie : 15%.

Stade : IV B
Caractéristiques : Les cellules cancéreuses se sont propagées aux ganglions lymphatiques distants et/ou à d’autres organes.
Taux de survie : Moins de 5%.

Si la maladie est diagnostiquée au tout premier stade, les chances de survie sont supérieures à 60 %. Plus le diagnostic est retardé, plus le taux de survie diminue. En fait, le taux de survie au stade III descend bien en dessous de 20 %, ce qui rend la survie très difficile. Le stade IV est divisé en deux parties, A et B, pour préciser l’étendue de la propagation. Le stade IV A marque la propagation du cancer aux ganglions lymphatiques distants, mais même dans ce cas, les chances de survie sont de 15 %. Dans le cas du stade IV B, qui marque la propagation des cellules cancéreuses aux ganglions lymphatiques ainsi qu’aux autres organes, les chances de survie sont inférieures à 5 pour cent.

Les statistiques révèlent que les hommes sont plus vulnérables au cancer de l’œsophage par rapport aux femmes, ce qui n’est pas surprenant avec des facteurs de risque comme la consommation excessive d’alcool et le tabagisme qui entrent en jeu., le risque à vie associé à cette maladie est de 1:125 chez les hommes et de 1:435 chez les femmes. L’incidence de cette maladie, qui augmente également avec l’âge, est la plus élevée chez les personnes âgées de 55 à 80 ans. Le taux moyen de survie au cancer de l’œsophage, tous stades confondus, s’élève à 17 %, ce qui est définitivement un sujet de préoccupation selon la fraternité médicale à travers le monde.

Disclaimer : Cet article est uniquement destiné à des fins informatives et ne doit pas se substituer à l’avis d’un professionnel de la santé.

À Lire aussi
Santé, paramédical & hygiène

Comment soigner un panaris au pouce de la main ?

Santé, paramédical & hygiène

Légume anti-diabète : quels sont les légumes bon pour les diabétiques ?

Santé, paramédical & hygiène

Comment ne plus avoir les mains moites ? Nos astuces

Santé, paramédical & hygiène

Comment se retenir de faire pipi et ne plus avoir envie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.